Mieux Comprendre la guerre au Congo

Cette première publication inaugure une série d’articles sur l’agression impérialiste du Congo dans le but de contribuer à la lutte théorique et organisationnelle nécessaires pour élever notre capacité de nous organiser, de nous unir et d’en découdre avec les ennemis du peuple à l’intérieur et comme à l’extérieur du Congo.

Cette pièce fait partie de notre effort collectif pour expliquer à notre mouvement de libération ce qui se passe au Congo dans son interaction avec le monde capitaliste parasitaire.

La tragédie actuelle que nous vivons au Congo est une expression directe de la relation forcée et illégitime qui lie les pays opprimants aux pays opprimés. Depuis sa genèse jusqu'à présent, ce lien est caractérisé par la violence, le génocide et le vol de nos ressources naturelles et humaines.

L’agression et l’occupation du Congo depuis 1996 par les armées de guerre par procuration du Rwanda et de l’Ouganda sont des actes de guerre économique : la saisie des mines regorgeant des minerais recherchées par les industries de pointe en Europe, en Asie et en Amérique du Nord, le travail forcée, l’imposition des taxes par les forces d’occupation et la vente des matières premières du Congo à partir des capitales du Rwanda et de l’ Ouganda illustrent bien les buts économiques poursuivis par les agresseurs.

La sous-traitance de la guerre au Congo sert à résoudre en premier les problèmes économiques des industries des pays impérialistes dont le développement et la capacité à faire des profits dépendent génétiquement du transfert gratuit ou presque gratuit des ressources et du labeur des Africains et des peuples colonisés vers les pays opprimants. Le développement du capital est impossible sans cette relation parasitaire entre l’Afrique et les pays impérialistes.

Les ressources minérales congolaises sont un véritable butin de guerre dont les compagnies impérialistes se les partagent tranquillement au prix le plus bas possible. Plus la guerre dure, plus l’accès quasi gratuit par les multinationales à notre labeur et à nos ressources continue. Les identités de certaines de ces compagnies macabres ont été dévoilées dans le rapport S/2002/1146 des Nations Unies d’Octobre 2002. Voici quelques noms :  

        Grande-Bretagne : INTERNATIONAL Ltd, A & M MINERALS LTD, ALEX STEWART (Assayers) Ltd, AMALGAMATED METAL CORPORATION Plc)
        Etats-Unis:(AMERICA MINERAL FIELDS (AMFI), CABOT CORPORATION, EAGLE WINGS RESOURCES INTERNATIONAL)
        Belgique :(STEINWEG NV, COGECOM, DIAGEM BVBA, ECHOGEM;)
        Canada: FIRST QUANTUM MINERALS, HARAMBEE MINING CORPORATION;
        Allemagne : (H.C. STARCK GmbH & Co KG; BAYER A.G). etc...

La guerre au Congo est une guerre enrichissante pour les bourses de Paris, d’Amsterdam, de New York, de Londres, d’Anvers, de Tokyo, Hong Kong etc.… Les richesses arrachées à nos travailleurs, l’arme sous la tempe, sont directement vendues dans les centres financiers des pays du système parasitaire qui fait saigner le Congo depuis si longtemps.

Les généraux de la MONUSCO s’engraissent au Congo avec un budget de 1.3milliard de dollars par an. L’existence de cette guerre est une aubaine pour les petits bourgeois de la MONUSCO.

Les commandants de groupes armés –AFDL, RDC, MLC, CNDPP, M23 et autres de cette guerre par procuration se sont spécialisés dans la taxation de la population à tous les niveaux. Des tarifs arbitraires ont été crées pour détrousser les masses laborieuses au Congo.

Kagame, Museveni ainsi que la plupart de leurs respectives généraux sont devenus des millionnaires à l’échelle internationale grâce à la guerre de pillage au Congo.

Les succès financiers de grandes compagnies électroniques telles que Apple, Microsoft, Samsung sont possible parce que ces compagnies n’ont pas à payer le prix réel du labeur et des ressources naturelles des Africains au Congo.

Tous les bénéficiaires de ce système parasitaire sont conscients de leur participation à ce système. Même si le partage du butin colonial volé au Congo n’est pas réparti également parmi les bénéficiaires de ce pillage de la distribution et de la transformation des richesses congolaises, ils sont tous conscients de la nécessité de sa préservation.

Seule une véritable révolution Africaine, apporterait la paix, la justice sociale et l’unité Africaine dans la région. Pour que cela soit possible les travailleurs, les paysans et les soldats pauvres du Congo, de l’Ouganda et du Rwanda doivent s’unir contre l’impérialisme et contre la petite bourgeoisie dans chaque pays de la région pour en finir avec le capitalisme parasitaire. Ceci n’est possible que si dans chaque pays nous adoptons la philosophie révolutionnaire de l’Internationalisme Africain et si nous créons le Socialisme Internationaliste Africain comme la seule organisation de l’invincibilité de la révolution Africaine.

Author

spot_img
- Advertisement -spot_img

Support African Working Class Media!

More articles from this author

Palestinian resistance deepens the struggle against world status quo

For the vast majority of impoverished colonized people, Palestinian fighters are not terrorists, but anti-colonial forces fighting a national liberation war, just like the...

All out to African Liberation Day 2024!

Victory to the African Nation! Stop the Frame-up of the Uhuru 3! A call to the best sons and daughters of Africa! Act today to...

Congo’s cobalt and coltan minerals at the center of the “silent” genocide

When we say coltan and cobalt are at the center of the colonial mode of production, the bourgeoisie media obscures this reality by saying...

Similar articles

Congo’s cobalt and coltan minerals at the center of the “silent” genocide

When we say coltan and cobalt are at the center of the colonial mode of production, the bourgeoisie media obscures this reality by saying...

U.S. recruits Viola Davis, others for white power in black face “Advisory Council”

The Biden-Harris U.S. presidential administration announced the inaugural members of the Advisory Council on African Diaspora Engagement in the United States. The group of...

Why is France being overthrown out of Africa?

On July 26, Abdourahamane Tchiani, the head of the Niger presidential guard, ousted Mohamed Bazoum, the president of Niger, just two years into his...
spot_img