Les Africains noyà ÒÂs sur la cà Ò´te italienne :un rà ÒÂsultat du nà Ò colonialisme

Le 3 octobre, au large de Lampedusa en Italie, des centaines d'Africains se sont noyés en voulant échapper aux conditions que l’impérialiste nous impose en Afrique.

Il y avait environ 500 personnes venant d'Afrique. 155 personnes ont survécu et 366 personnes ont perdu la vie. Parmi les morts il y avait des hommes, des femmes et des enfants.

Une femme de 20 ans était enceinte et a donné naissance à son bébé dans l'eau. Tous les deux sont morts plus tard durant le naufrage.

Cette tragédie est juste une de plus dans une série de tragédies humaines.

Depuis un certain temps, beaucoup d'Africains fuient l'Afrique pour l’Europe dans l’espoir d’y trouver « une meilleure vie. » Dans ce cas particulier, c'était des Africains en provenance d’Erythrée et de la Somalie allant à Lampedusa.

Ceci se produit de façon régulière depuis que les conditions de vie se sont dégradées dans ces régions de l'Afrique.

En outre, il y a aussi des personnes en provenance d'Afrique de l’Ouest fuyant en bateau pour l’Europe principalement vers les pays comme le Portugal.

Ce cas particulier a suscité beaucoup de réactions dans le monde. Il y a eu des commémorations en souvenir des victimes et beaucoup de personnes différentes ont essayé activement de s’organiser autour de ce cas particulier.

La question se pose : comment se fait-il qu'il y ait autant de personnes dans ce bateau de fortune allant vers l'Europe quand le risque de ne pas arriver à destination est très élevé ? Pourquoi partent-ils ?

Le néocolonialisme ne sert que la petite bourgeoisie africaine

Nous vivons sous l’air du néocolonialisme. Il est important de comprendre que le colonialisme n’a jamais quitté l’Afrique.

Le pouvoir occidental est encore présent et règne encore mais avec un visage noir. C'est ce que représentent les prétendus dirigeants en Afrique.

Ceci est également valable pour le président des États-Unis, Barack Hussein Obama.

Ces marionnettes des dirigeants occidentaux ne représentent pas et ne représenterons jamais les intérêts de la majorité des masses africaines ou d'autres peuples opprimés du monde.

Le Néocolonialisme est la raison pour laquelle les gens décident désespérément de se sauver en bateau. La petite bourgeoisie africaine – comme le système impérialiste tout entier – se repose sur le piédestal de l'exploitation des ouvriers africains et c'est la nécessité d’en finir avec ce rapport parasite qui pousse les gens à se sauver.

Cela dépasse l’Erythrée et la Somalie

Comme indiqué, la plupart des personnes qui sont allés à Lampedusa étaient originaires d’Erythrée et de Somalie. Les masses en Erythrée vivent dans la souffrance, dans des mauvaises conditions de vie, privés d’électricités, de nourriture, de transport, d’emploi et de plein d’autres choses.

La majorité des personnes qui restent au pays sont les enfants et les personnes âgées tandis que les générations intermédiaires qui ne voient aucunes autres solutions préfèrent partir.

Ceci est aussi vrai pour la Somalie où, en raison de l'intervention impérialiste, le pays continue à être de plus en plus découpé en petit morceaux rendant la vie plus dure pour les masses vivant là-bas.

Cependant, la majorité des africains font face aux mêmes conséquences que les peuples d’Erythrée et de Somalie.

Ce qui est arrivé à nos frères et soeurs au large de Lampedusa n'est pas un cas isolé. Sous le néocolonialisme, la classe ouvrière africaine n'a aucun pouvoir sur sa propre vie ou ses propres ressources, nous vivons dans la souffrance faisant face à des contradictions quotidienne partout où nous existons à travers le monde.

Aux États-Unis, un Africain est tué par la police au moins toutes les 28 heures. Les hommes, les femmes et les enfants doivent creuser l'or pour 30 centimes par jour en Sierra Leone pour les compagnies européennes. Toutes ces conditions sont le résultat du néocolonialisme.

Le colonialisme s’est construit de cette façon. Pour exister, il doit s’assoir sur le piédestal du travail servile de la classe ouvrière africaine et d'autres peuples opprimés. Le nombre des gens qui souffrent ne cesse d’augmenter. Le fait que la population s’échappe par bateau est un signe de désespoir.

L'Afrique appartient aux africains, à ceux de l’intérieur et de l’extérieur

En raison de ce qui s'est produit à Lampedusa il y a eu beaucoup de commémorations. Cependant, ce n’est pas suffisant, tout ça ne mettra pas fin aux facteurs qui ont causés cet incident.

C'est l'heure de s’organiser pour renverser le néocolonialisme que Kwame Nkrumah avait appelé le stade final de l'impérialisme.

Le secrétaire général d’ASI, Luwezi Kinshasa a écrit un article dans Uhurunews le 21 août 2013 au sujet de la lutte des classes contre l'impérialisme et ses forces néo-colonialistes dont nous pouvons retirer ceci:

« Quand nous parlons de la lutte de classe dans le monde africain, nous voulons alerter tout le monde qu’en tant que dialecticien matérialiste, nous ne sommes pas dans un monde limité entre la petite bourgeoisie africaine et les ouvriers africains. Nous cherchons à aiguiser les luttes de classe entre ces deux forces dans le cadre de tous les autres conflits sociaux qui sont tous concentrés dans la question coloniale telle qu'elle est exprimée entre les nations oppresseurs et opprimés.

Le Président Omali Yeshitela du parti socialiste du peuple africain affirme que la véritable lutte des classes dans le monde réel est concentrée dans la question coloniale. Du point de vue de l'internationaliste Africain, ceci signifie que la classe ouvrière africaine doit combattre pour saisir le pouvoir et introduire l'ère du socialisme. »

Nous Africains qui vivent en dehors de l'Afrique, nous avons une responsabilité spéciale quand il s’agit de s’organiser pour la liberté de notre peuple puisque bon nombre d'entre nous vivent dans les centres impérialistes, où se trouve l’origine de la souffrance de l'Afrique et aussi parce que les conditions politiques rendent la vie dure pour nos frères et sœurs habitant en Afrique.

C'est notre devoir d’exposer les dirigeants vendus en Afrique et ailleurs et d’organiser la classe ouvrière africaine où nous sommes vers l’unification d’une seule nation africaine! C'est notre responsabilité !

Dans son article, Luwezi Kinshasa, le Secrétaire général a également écrit au sujet de la nécessité d’annuler les frontières divisant les africains : « La lutte des classes est pour libérer l'économie africaine. Nous devons reprendre possession de notre terre et de nos ressources. Les frontières artificielles physiques et mentales imposées par le colonialisme font de nous des étrangers les uns des autres. On ne peut pas défendre la nation africaine si on est encore dominé par les barrières physiques et mentales coloniales qui nous définissent comme propriétés de nos colonisateurs. Rappelez-vous que toutes lignes de délimitation dans l'ensemble de l'Afrique et des Amériques étaient les décisions de nos oppresseurs.»

Nous invitons les africains à s’unir et joindre le mouvement démocratique populaire Uhuru international ! Nous invitons toutes les personnes épris de liberté à joindre le mouvement d'Uhuru et à devenir une partie de l'organisation révolutionnaire pour renverser le colonialisme parasitaire.

L'Afrique appartient aux africains, à ceux de l’intérieur et à l'étranger. Nous lançons un appel pour une Afrique ! Une nation ! Les ouvriers et les paysans africains doivent s’unir contre l'impérialisme et les vendus de la petite bourgeoisie africaine et créer un futur avec le pouvoir entre nos propres mains !

Une Afrique ! Une nation

En avant pour le 6ème congrès du parti socialiste du peuple africain !

Uhuru!

spot_img
- Advertisement -spot_img

Support African Working Class Media!

More articles from this author

Similar articles

The African People’s Socialist Party calls for unity with Russia’s defensive war in Ukraine against the world colonial powers

On March 17, 2022, the African People's Socialist Party conducted a press conference featuring Chairman Omali Yeshitela, who put forward the official position of...

Fresh La Vwadezil’s ‘Mande Yo Pou Mwen’ justly criticizes oppressive powers for Haiti’s mass displacement

    HAITI—On March 17, 2021, singer-songwriter Fresh La—whose birth name is Donald Joseph and who is the lead singer of his band called “Vwadezil”—released a...

Cops Assassinate African Youth in Broad Daylight

The day after St. Petersburg police brutally executed Dominique, the African People’s Socialist Party (APSP), defenders of the African working class, called a news conference led by Director of Agitation and Propaganda (AgitProp) Akilé Anai.

spot_img