Floribert Chebeya BAHIZIRE défenseur des droits de l’homme assassiné par le régime de Kabila

Le régime de Kabila et ses principaux soutiens qui sont l’impérialisme Européen et Nord Américain coupables des violations des droits de l’homme au Congo
 
L’Internationale socialiste Africaine condamne fermement  l’assassinat odieux de  Floribert Chebeya, âgé de 47 ans, (activiste connu et respecté sur ses positions en ce qui concerne l’état désastreux des droits de l’homme au Congo), et de son chauffeur Fidele Bazana, dont le corps n’a toujours pas été retrouvé, par les forces de Joseph Kabange Kabila et du commissaire en chef de la police kinoise John Numbi.
 
Cet assassinat survenu dans la nuit du 1er au 2 juin 2010 à Kinshasa, ne fait qu’allonger la liste sanguinaire du régime de Joseph Kabila en termes d’exécution et d’assassinat politique. A titre de rappel, nous nous devons de citer et ainsi rappeler, les noms de quelque journalistes et défenseurs des droits de l’homme qui ont été tués depuis l’arrivée de Joseph Kabila au pouvoir  à Kinshasa – Louis Bapuwa Mwamba , Juillet 2006 ;   Frank Kangundu et sa femme Helene Paka, abattus en Février 2006, Tshimanga Ndiabintu , le 20 Janvier 2010 ; Assassinés au Kivu- Patient Chebeya, le 5 avril 2010, Serge Maheshe 13 Juin 2007. Nous nous souvenons également du bombardement aux armes lourdes de la population congolaise dans le Bas Congo : des centaines de personnes mortes, et ces événements eurent lieu juste quelques mois après le déroulement des premières " élections démocratiques au Congo "
 
Selon le communique publié par Le Collectif des ONG de défense des droits de l’Homme de la RD Congo «… Monsieur Floribert CHEBEYA BAHIZIRE, était le Directeur Exécutif de la Voix de Sans Voix pour les droits de l’homme (VSV), Secrétaire exécutif du Réseau National Des ONG des Droits de l’Homme du Congo (RENADHOC) et Vice-président de l’Union interafricaine des Droits de l’Homme pour l’Afrique Centrale (UIDH) ».
 
Kabila qui est arrivé au pouvoir par la terreur de l’AFDL, ne peut se maintenir que par la terreur. Il constitue avec Kagamé (président du Rwanda) à la tête d’une ethnocratie au Rwanda et Museveni d’Ouganda, les faces de la contre-insurrection du pouvoir Nord Américain et Européen,  de la guerre par procuration et du pillage sans fin au Congo contre le peuple Congolais et d’une manière plus générale contre l’Afrique.
 
 C’est l’impérialisme, américain, qui porte en dernière analyse la responsabilité du cancer politique et socio-économique qui ronge le Congo contemporain. En effet, c’est leur intervention qui renversa le gouvernement indépendantiste de Lumumba, pour le remplacer avec le régime néo colonialiste de Mobutu-Kasa-Vubu et Tshombe. C’est encore eux, qui vont chasse Mobutu en 1996 et pour le remplacer par Laurent Kabila.
 
Pour mettre fin aux arrestations arbitraires néocoloniales et à l’impunité
La Révolution Nationale et Démocratique s’impose au Congo
 
Nous appelons aux défenseurs de la liberté et de l’humanité, de nous soutenir pour cette lutte pour un monde plus juste et plus honnête,  à exposer et à contester sans compromis les crimes commis contre notre peuple opprimé au Congo. La mobilisation massive des masses laborieuses et de toutes les couches progressives est nécessaire pour arrêter les crimes du régime illégitime de Joseph Kabange Kabila.
 
Pour mettre fin à l’impunité, il faut en finir avec ce régime de collaborateurs du génocide et du pillage du Congo. Nous appelons notre peuple à s’organiser pour une révolution nationale et démocratique, qui mettra le pouvoir d’état entre les mains des forces populaires dirigées par les travailleurs du Congo en alliance avec toutes les autres forces progressives de la société.
Pour mettre fin aux attaques contre les droits de l’homme et contre la démocratie au Congo, par les régimes de Kabila, Kagamé et Museveni il faut en effet que le peuple Congolais puisse se prendre en charge. Le travailleur Congolais doit pouvoir s’organiser d’une manière indépendante vis-à-vis des forces de collaborations, ces forces, peu importe leur apport dans la mécanique du pouvoir (Parti qui gouverne ou dans l’opposition). (Aucune section de l’opposition « de la petite bourgeoisie congolaise », y compris la minorité des partis qui osent encore à peine critiquer le parti au pouvoir, ne souhaitent ni ne peut se tourner véritablement vers les masses, et lier la lutte contre ce régime génocidaire aux demandes socioéconomiques de la classe ouvrière et de la paysannerie du Congo. C’est essentiellement une classe réactionnaire, qui constitue un véritable frein pour émancipation de la masse congolaise.
 
 La classe politique au Congo, ne représente que la classe des intérêts personnels, au détriment de l’intérêt national. L’enrichissement et le pouvoir personnel devenant le motif le plus apparent aux dépens, d’une représentation en totale contradiction avec le changement social dont le peuple au Congo exige depuis tant d’années.
 
Alors que les médias occidentaux babillent sur la démocratie au Congo après des élections entièrement financées par nos bourreaux. la réalité est que le capitalisme imposé au Congo a échoué à résoudre les problèmes les plus élémentaires des masses travailleuses , de la garantie des libertés civiles fondamentales , au droit du peuple à disposer des ressources de leur pays d’une manière indépendante, en passant par l’accessibilité aux soins et de l’éducation et l’éradication du phénomènes des enfants chegues enfant de la rue) du travail des enfants pour nourrir leurs familles , ou encore des enfants soldats.
 
 Pour nous, révolutionnaires, c’est la transformation des conditions de vie du travailleur congolais , l’émancipation sociale et politique des travailleurs et des paysans et la fin de la domination impérialiste du Congo qui restent notre priorité.
 
Joseph Kabila, soutenu, comme l’était autrefois, Joseph Mobutu, par un soutien international, car défendant les intérêts économiques et géopolitiques de l’élite pillarde occidentale, qui en contre partie protège cette dictature néocolonialiste brutale. Ce soutien politique lui conférant une sorte d’omnipotence politique et un cynisme qui le pousse à croire que cet hypothétique pouvoir oppressante lui permet le droit de vie et de mort en la personne des congolais, qu’il exerce avec complaisance pour oppresser la masse .Cette oppression se manifeste par des programmes d’assassinat d’activistes des droits de l’homme et de journalistes, bombardement des zones urbaines, arrestation arbitraire des détracteurs de son régime. 
 
L’imposture politique que représente le gouvernement de Kabila s’est établie grâce à l’offensive Étatsunienne sur la région des grand-lacs qui a commencée par l’établissement du régime de Museveni, puis de Kagamé, avant de retirer Mobutu du pouvoir et de le remplacer par Laurent Kabila. Ce régime n’est pas réflectif de l’expression démocratique du peuple Congolais, mais plutôt, celui de l’expression d’une nouvelle ère de la politique interventionniste et réactionnaire du gouvernement nord Américain au Congo, depuis Octobre 1996, date du renversement du dictateur Mobutu.
 
Tous les pays qui supportent politiquement, militairement et financièrement Kabila sont aussi coupables de l’assassinat de Chebeya et de tous les crimes commis par ce régime.
Nous demandons au peuple travailleur Africain du Congo, et dans toute l’Afrique de s’unir pour construire l’Internationale Socialiste Africaine, seule force capable de mettre fin à l’alliance génocidaire, cimentée par l’impérialisme occidental et leurs marionnettes criminelles Africaines. Nous devons bâtir une ère nouvelle, celle de la libération et de l’unification de l’Afrique sous la conduite des travailleurs et des paysans Africains unifiés.
 
La lutte pour une révolution démocratique et nationale au Congo est une lutte contre l’appareil d’État néocolonialiste défendu par les États-Unis et le système d’État-nation imposé par les impérialistes en Afrique.
 
Cette lutte nécessite l’intervention des masses ouvrières et paysannes congolaise dans la vie politique, dans le combat pour les libertés civiles fondamentales et l’arrêt du génocide commis contre notre peuple au Kivu, mais aussi pour les emplois. C’est une lutte qui passe par le soutien sans compromis aux paysans et à  la jeunesse rurale qui travaillent d’une manière intensive en extrayant les minerais nécessaire à la reproduction du système capitalisme moderne et des  conditions matérielles de l’occident — c’est-à-dire une lutte pour des mesures radicales anticapitalistes et contre le néocolonialisme.
 
En dernière analyse, le fait que la petite bourgeoisie congolaise soit incapable d’adhérer aux normes démocratiques les plus élémentaires et ait recours à maintes reprises à l’oppression de la masse congolaise et à des mesures anti-démocratiques est dû à l’extrême polarisation de la richesse dans la société congolaise et africaine en général, et à la subordination de cette dernière à l’impérialisme.
 
Nous Demandons :
  • Le respect inconditionnel des droits de l’homme au Congo, La liberté d’opinion et d’expression sur tout le territoire Congolais , Le droit pour tout citoyen, défendant les droits de l’homme de travailler sans crainte pour leur vie.
  • La mise en place d’une commission civile indépendante qui soutiendrait une action urgente en justice contre John Numbi pour l’assassinat de Chebeya et de son chauffeur, Fidele Bazana.
  • La restitution du corps de Fidèle Bazana à sa famille, pour qu’elle puisse lui offrir un enterrement décent.
  • Une compensation financière de l’état Congolais à la famille de Chebeya et à celle de Bazana.
  • La libération de tous les activistes et défenseurs des droits de l’homme et de la démocratie au Congo, emprisonnés par le régime de Joseph Kabange Kabila le rejet de toute mesure contre la liberté de presse. L’abolition de toute prohibition des manifestations politiques
Londres, 5 Juin 2010

L’Internationale Socialiste Africaine

spot_img
- Advertisement -spot_img

Support African Working Class Media!

More articles from this author

The Party’s Cadre Intensive School kicks off the new year, uniting our theory with practice

On January 7, 2024, the African People’s Socialist Party (APSP) initiated a virtual Cadre Intensive school for its membership, conducted by the Department of...

Spine Bookstore and Cafe in St. Louis hosts “The Verdict is In” book reading with Chairman Omali Yeshitela

“Currently I am under indictment by the federal government that intended to imprison me for what at my age would be a life sentence,”...

Mumia health emergency

TheBurningSpear.com is sharing this update sent by Prison Radio on February 10, 2024. "This government is slowly, purposely, killing Mumia through medical neglect." (Pam Africa) Since...

Similar articles

The African People’s Socialist Party calls for unity with Russia’s defensive war in Ukraine against the world colonial powers

On March 17, 2022, the African People's Socialist Party conducted a press conference featuring Chairman Omali Yeshitela, who put forward the official position of...

Fresh La Vwadezil’s ‘Mande Yo Pou Mwen’ justly criticizes oppressive powers for Haiti’s mass displacement

    HAITI—On March 17, 2021, singer-songwriter Fresh La—whose birth name is Donald Joseph and who is the lead singer of his band called “Vwadezil”—released a...

Cops Assassinate African Youth in Broad Daylight

The day after St. Petersburg police brutally executed Dominique, the African People’s Socialist Party (APSP), defenders of the African working class, called a news conference led by Director of Agitation and Propaganda (AgitProp) Akilé Anai.

spot_img